Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juin 2022 4 30 /06 /juin /2022 12:25

Isaïe 66, 10-14 ; Ps 65 ; Galates 6, 14-18 ; Luc 10, 1-12.17-20

 

Il peut nous arriver d’être découragés dans notre mission ou devant le peu de succès que rencontrent les propositions pastorales que nous faisons, les invitations que nous lançons en paroisse… Quelles initiatives prendre pour toucher nos contemporains ? Et cependant, « la moisson est abondante » (Evangile), l’évangélisation, nécessaire. La parole de Dieu nous console : Dieu n’abandonne jamais les siens (1ère lecture), et « rien ne pourra vous faire du mal », nous assure Jésus (Evangile). Comme saint Paul, puisons nos forces dans la croix du Christ, Source du salut des hommes : annonçons-là, avec foi.

Etonnante, mais ô combien réconfortante cette image de Dieu présentée dans la première lecture par le prophète Isaïe. Ce n'est plus le Dieu effrayant de certaines pages de l'Ancien Testament. C'est le Dieu père et mère qui prend ses fils, les hommes, sur ses genoux et leur caresse le visage... Un Dieu qui console ses enfants venus de la grande épreuve... Un Dieu de paix, de joie, de tendresse, tel qu'on ne l'aurait jamais imaginé.

Vis-à-vis d'un Dieu de paix et de miséricorde, ce ne sont pas les rites qui comptent, affirme saint Paul dans sa lettre aux Galates. Il ne suffit pas d'être circoncis ou baptisé. Il faut d'abord et avant tout suivre le Christ dans sa passion et sa souffrance, être crucifié avec Lui.

Après avoir commencé lui-même à prêcher, Jésus a formé des disciples et les a envoyés à leur tour proclamer la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Voici les consignes qu’il donne pour cette mission aux 72 disciples envoyés manifester aux hommes la miséricorde infinie de Dieu. Avant leur envoi en mission, le Seigneur leur recommande de prier le Maitre de la moisson d’envoyer les ouvriers en sa moisson car la moisson est abondante mais les ouvriers sont peu nombreux. Il faut sans doute plus de prêtres, mais aussi plus de laïcs engagés, des parents qui portent vraiment le souci de l’éducation chrétienne de leurs enfants, des catéchistes, des animateurs de paroisses, des chrétiens qui ont vraiment le souci de témoigner de leur foi là où ils vivent. Ils reçoivent la mission d’aller vers les hommes leur apporter la paix. Cette paix qui manque tant à notre monde. La paix véritable venant de Dieu.

Envoyés deux par deux, les disciples sont institués missionnaires par Jésus. Les suiveurs du Christ deviennent des annonceurs de l’Évangile. Ils parlent du royaume de Dieu tous azimuts, puis, revenus auprès du Seigneur, ils relisent leur expérience : « Seigneur même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom. » Jésus ne nie pas ce qu’ils affirment : « Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair », mais il poursuit : « Ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis. » Il peut y avoir un danger dans la relecture des expériences réussies. Si grande puisse être l’influence des disciples, ils ne doivent pas s’enorgueillir. Le Seigneur leur fait confiance en les instituant annonceurs, mais le message n’est pas leur histoire, leur philosophie ou un point de vue parmi d’autres. Leur message c’est l’Évangile. C’est cela qui doit les ravir et leur donner du souffle : connaître le Christ et vivre la mission.

Cet engagement est onéreux, car proclamer que Dieu vient à la rencontre de chaque être humain, ne laisse aucun repos à celui qui en fait l’expérience : toute la vie du messager s’organise en fonction du message qu’il proclame : « Le royaume de Dieu s’est approché de vous. » Cependant, cet engagement est aussi un rendez-vous avec la joie. Des disciples sont nécessaires pour proclamer la proximité de Dieu, car la connaissance est un don d’abord proclamé et accueilli ensuite. Il faut des passionnés du Christ, des « obsédés » du Royaume, au point que dans leur vie tout lui soit référé, pour que le monde sache et vive dans la joie.

Cette page d’évangile nous rappelle une fois de plus l’urgence de la mission ; nous les baptisés, nous sommes tous envoyés pour annoncer la bonne nouvelle de l’Évangile.  C’est une mission qui nous incombe à tous, là où nous sommes. Personne n’en est dispensé. Nous sommes donc envoyés par Jésus lui-même. Il n’est pas question de faire des grands discours mais tout simplement d’apporter la paix de Dieu, d’être en contact avec les gens, de vivre en communion avec eux, de partager avec eux. A travers toutes ces relations humaines, il s’agit de sauver, de témoigner de ce Dieu amour qui nous fait vivre.

 

Seigneur notre Dieu, Maître de la moisson, tu nous confies ta Parole pour la semer sur notre terre et toi seul peux la faire grandir jusqu'à la moisson. Donne-nous assez de confiance et d'espérance pour découvrir les signes du Royaume qui germent déjà. Fais de nous des annonceurs de ce Royaume où tu nous attends avec ton Fils Jésus, dans la joie de l'Esprit Saint, dès aujourd'hui et jusqu'aux siècles des siècles.

 

Père Bernard Dourwe, Rcj.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de DOURWE Bernard
  • : Parlons de tout et de rien en toute vérité.
  • Contact

Profil

  • dourweber
  • Je suis ce que je suis.
  • Je suis ce que je suis.

Texte Libre

Recherche

Liens