Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 13:04

LA CHASTETE COMME PUISSANCE D’AMOUR.

L’être humain créé à l’image et à la ressemblance de Dieu est doté d’une vocation fondamentale qui trouve son origine et sa finalité en Dieu : la vocation à la sainteté dans l’amour. Pour y parvenir à sa réalisation, il doit opérer un choix de vie selon les dons reçus. Certaines personnes sont conviées à la sainteté au moyen de la vie matrimoniale. D’autres par contre répondent au Seigneur à travers la consécration à la vie religieuse et/ou sacerdotale. Cette dernière qui se veut une suite radicale du Christ pauvre, chaste et obéissant exige du consacré une vie d’obéissance, de pauvreté et de chasteté dans le célibat. Mettant ainsi en exergue la chasteté qui est une caractéristique fondamentale pour la sequela christi. Celle-ci fait appel à l’amour d’où une nécessité pour nous d’examiner le rapport de la chasteté avec l’amour. En effet, peut-on parler de chasteté sans amour ? La puissance d’aimer manifestée par les consacrés ne découle-t-elle pas de la chasteté ?

Tout d’abord, parler de chasteté ne relève pas seulement du domaine de la vie consacrée et/ou sacerdotale. Tous les chrétiens sont appelés à mener une vie chaste, chacun selon sa vocation. La chasteté est la vertu qui nous permet d’intégrer notre sexualité. Elle n’est pas seulement pour les consacrés mais pour toute personne qui veut bien vivre sa sexualité. Elle nous permet de vivre notre sexualité de façon liberante et d’être uni à l’amour de Dieu qui dépasse toutes les dimensions de l’amour humain. Ainsi la chasteté concerne à la fois les mariés et les célibataires. Tel est l’enseignement de l’Église

« Ceux qui sont unis dans le mariage sacramentel sont un signe visible de l’amour de Dieu pour l’Église et de l’amour de Dieu pour l’humanité. Ils nous rappellent tous l’amour de Dieu, et le fait que tout amour vient de Dieu, car <<Dieu est Amour>>[1]. Et tout amour devrait ramener à Dieu. Les célibataires pour leur part, tout en renonçant au mariage, ne renoncent pas a l’amour. Ils sont témoins d’une façon spéciale de ce plus grand amour du Christ, dont le mariage lui-même est un signe. Ils rappellent à tous que l’amour conjugal, tout sacré qu’il est, est transitoire comme un moyen  vers cet amour parfait de Dieu et du prochain que nous devons nous efforcer d’atteindre et qui sera parfait dans la vie éternelle. L’amour conjugal et la chasteté parfaite doivent tous deux diriger le cœur vers l’éternité et l’amour accompli. Telle est la réalité à laquelle se rapporte la signification sacramentelle du mariage, comme aussi la vie de ceux qui se sont voués à la chasteté parfaite […]. Aussi, les vocations au mariage et au célibat, loin de s’opposer, se soutiennent à l’intérieur de la vocation chrétienne fondamentale qui est de rechercher la sainteté dans l’amour. »[2]

Les personnes consacrées, pour répondre pleinement à cette vocation à la sainteté dans l’amour se consacrent au Seigneur à travers les vœux de chasteté, pauvreté et obéissance. La profession du vœu de chasteté c’est se donner effectivement et affectivement sans division au Christ comme le principe unificateur de tout l’être et de toute la vie. Dans une communion intime et personnelle d’amour avec lui qui nous appelle, en manifestant par le désir ardent de le connaître, de partager sa pensée, ses intentions, ses préférences, son amour pour le Père et pour les petits et sa croix.[3] Ainsi, le célibat n’est pas une renonciation de l’affectivité et de l’amour. C’est la consécration à l’amour radical sans la médiation de la génitalité pour l’amour de Dieu et du prochain.

Le consacré promet le vœu de chasteté dans le célibat en vue du Royaume de Dieu. L’homme ne peut vivre sans amour, l’amour du consacré doit sans cesse être alimenté par l’amour de Jésus et orienté vers Dieu. L’amour de chasteté est un don que le Christ fait dans sa grande tendresse au consacré pour aimer toute personne en Lui. C’est un amour exigeant donné comme un trésor dans les vases d’argile. Cet amour a quelques caractéristiques spécifiques. Ce n’est pas un amour exclusif et possessif mais un amour ouvert à l’universel et à l’oblation, différent de l’amour conjugal.[4] L’amour de Dieu des consacrés se vit dans la relation avec ses créatures et devient donc un amour inclusif ou il ne faut exclure personne en particulier les marginalisés et les abandonnés de la société.

L’amour pour être total a besoin d’un renoncement ainsi le célibat ne comporte pas seulement la continence sexuelle et la renonciation à l’amour conjugal, mais aussi la renonciation à la paternité et à la maternité charnelle pour parvenir à l’amour spirituel, l’amour divin. C’est renoncer aux projets d’édifier une famille, avoir des enfants pour une nouvelle dimension de fécondité qui est la fécondité spirituelle. C’est renoncer au mariage pour aimer toujours plus mieux et toujours plus bien la personne du Christ dans sa totalité. Ceci implique une certaine conformation à l’amour du Christ et une imitation du célibat du Christ.

Le Christ, en effet, est le modèle de toute vie chaste. Jésus a aimé inconditionnellement tout le genre humain et s’est livré pour tous sans exception aucune et nous invite à aimer comme lui en nous offrant totalement car « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime». Il va manifester ce don d’amour en prenant chair de notre chair par son incarnation jusqu'à mourir de la façon la plus ignoble qui puisse exister : mourir sur la croix. Ainsi en Jésus nous voyons le modèle insurpassable et irremplaçable de l’amour comme don de soi ceci grâce à la chasteté qu’il vécut durant toute sa vie de façon concrète sans faire abstraction de son affectivité qu’il manifesta surtout envers les petits, pauvres, malades et pécheurs qui venaient à lui ou qu’il partait à leur rencontre.

En outre, la chasteté est don de Dieu pour le service. C’est avoir le cœur indivisé, uni au Christ et à son Église. C’est pour aimer que le consacré vit la chasteté. Il renonce à l’amour pour l’amour parfait ainsi, la chasteté qui ne conduit pas à l’amour est vaine et sans aucun sens. C’est pourquoi le célibat des consacrés devient le stimulant de la charité pastorale. Il fait croitre la charité pastorale et ouvre à aimer les autres dans leur besoin. Cette considération retentira pendant le Concile Vatican II qui déclarera que :

« la chasteté <pour le Royaume des cieux>[5] dont les religieux font profession, doit être regardée comme un grand don de la grâce. Elle libère singulièrement le cœur de l’homme[6] pour qu’il brûle de l’amour de Dieu et de tous les hommes ; c’est pourquoi elle est un signe particulier des biens célestes, ainsi qu’un moyen très efficace pour les religieux de se consacrer sans réserve au service divin et aux autres œuvres de l’apostolat. »[7]

La chasteté donne à l’amour fraternel le caractère de la délicatesse attentive et joyeuse. Elle permet de s’ouvrir à l’amitié vraie. Elle donne les forces et les capacités d’aimer tous ceux que la providence divine nous envoie. C’est le don de Dieu d’un cœur sans partage pour Dieu.

Par la chasteté, les consacrés deviennent signes visibles d’amour de la tendresse de Dieu pour l’humanité. Ainsi La virginité consacrée est totalement justifiée par l’amour et orientée vers l’amour. C’est la disposition à mieux aimer. C’est la libération pour un amour plus grand c’est-à-dire que toutes les forces, affectives et spirituelles sont consacrées à tout le monde. Cette force d’aimer est un temoignage qui doit être réitéré dans notre monde actuel comme nous le rappel bien le Bienheureux Jean Paul II dans son encyclique Vita Consecrata :

«La réponse de la vie consacrée réside d’abord dans la pratique joyeuse de la chasteté parfaite, comme témoignage de la puissance de l’amour de Dieu dans la fragilité de la condition humaine. La personne consacrée atteste que ce que la majorité tient pour impossible devient avec la grâce du Seigneur Jésus, possible et authentiquement libérant. Oui, dans le Christ il est possible d’aimer Dieu de tout son cœur, en le plaçant au-dessus de tout autre amour, et aimer aussi toute créature avec la liberté de Dieu !  Voilà l’un des témoignages qui sont aujourd’hui plus nécessaires que jamais, précisément parce qu’il est si peu compris par le monde. Il est offert à toute personne – aux jeunes, aux fiancés, aux époux, aux familles chrétiennes- pour montrer que la force de l’amour peut opérer de grandes choses à l’intérieur même des vicissitudes de l’amour humain. C’est un temoignage qui répond aussi à un besoin croissant de transparence dans les rapports humains.»[8] 



[1] 1 Jn 4, 16

[2] L’enseignement du Christ. Catéchisme catholique pour adultes. Ed. Tequi, Paris, 1978, pp. 521-522.

[3] J. Auby et al. Vita consecrata. Un dono del Signire alla sua chiesa, editrice Elle Di Ci, leumann, 1993 , P. 244

[4] Felicismo Martnez Diez, Refondare la vita religiosa. Vita carismatica e mission profetica. Ed. Paoline, , Milano, 2001, p.220

[5] Mt 19,12

[6] 1 Co 7: 32-35

[7] Vatican II, Perfectae Caritatis. n°12

[8] Jean Paul II, vita Consecrata, n° 88

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Je suis rassuré de constaté qu'il existe des sites comme le votre sur internet.<br /> Bien cordialement.
Répondre